Un kit, un peu de bricolage et un émulateur

Pour réaliser son stick arcade et en profiter pleinement, trois étapes suffisent. Enfin, façon de parler, car il va falloir investir un peu d'argent et du temps (un peu ou beaucoup selon votre aptitude au bricolage) pour concrétiser ce projet.

> Etape 1 : l'achat du kit d'accessoires. Vous aurez tout d'abord besoin d'un kit (voir photo ci-dessous) comprenant un joystick, des boutons (idéalement dix), une carte d'encodage et un câble USB. Un ensemble que l'on déniche assez facilement sur internet. Je me suis, à titre personnel, fourni sur le site chinois Aliexpress, où un vendeur cédait le tout pour 25 € (frais de port inclus) en début d'année. 

Il a été livré sans souci en une quinzaine de jours et s'est révélé de bonne qualité.

La livraison depuis la Chine n'étant toutefois pas exempte d'aléas (certaines commandes mettent plus d'un mois à arriver ou se perdent en route), certains préféreront opter pour la sécurité avec un achat en France. 

Le site SmallCab, basé dans le département du Rhône, peut à ce titre constituer un bon choix. Les tarifs restent intéressants : un kit avec deux joysticks, six boutons d'action par joueur, deux boutons " start ", un bouton " insert coin " et la carte d'encodage USB y coûtent 69 € (hors frais de port).

> Etape 2 : la conception et réalisation du boitier. Une fois ces accessoires reçus, il va falloir vous coller à la conception et à la réalisation du boiter en contreplaqué qui les accueillera. En terme de matériaux, il n'y en a pas pour plus de quelques euros. Le plus dur, ce sont évidemment les travaux pratiques (plans, découpe du bois, assemblage...) qui vous attendent.

Pour trouver un peu d'aide dans cette mission, je vous conseille de visiter l'excellent blog de MaKoTo qui propose un très bon tutorial vidéo. 

Vous pouvez aussi vous rendre sur Slagcoin, un site (en anglais) détaillant de façon très poussée la création d'un stick arcade, avec en prime le choix entre différents panels pour l'implantation des boutons sur la face supérieure.

Bon, je dois vous l'avouer, j'ai triché sur cette étape de création du boitier en " sous-traitant " l'affaire à mon beau-père, bien plus doué en bricolage que moi (doux euphémisme) et que je remercie chaleureusement, car il a vraiment bien bossé :-)

Il ne restait plus ensuite qu'à fixer joystick et boutons à l'intérieur et à établir les connexions avec la carte d'encodage USB. Rien de très compliqué.

> Etape 3 : place au jeu ! Sitôt assemblé, j'ai tout de suite voulu vérifier si ce stick arcade flambant neuf tenait ses promesses. Pour le mettre à l'épreuve, je ne l'ai pas branché sur un PC équipé de l'émulateur gratuit Mame (qui peut tourner sur une vieille machine peu puissante), mais sur un micro-ordinateur Raspberry Pi 2 (raccordé à une TV en HDMI) utilisant le programme Recalbox. Un logiciel capable d'émuler une bonne vingtaine de consoles et machines d'arcade.

Des jeux sont disponibles d'origine avec Recalbox (comme un clone de Donkey Kong) mais il est évidemment possible d'en ajouter, sous forme de rom, que l'on trouve facilement sur internet via une recherche rapide sur Google. On rappellera juste que leur utilisation, si on ne possède pas les originaux, peut poser des problèmes de légalité.

Bilan de cette expérience ? On retrouve bel et bien les sensations des bornes d'arcade d'antan, même si ce stick mérite encore quelques améliorations ergonomique pour offrir un confort d'usage optimal, en disposant par exemple un repose poignet pour la main droite. Il est aussi un peu moins précis que les gamepad fournis avec les consoles. 

Mais avec son côté délicieusement rétro, ce stick, parfaitement opérationnel, atteint à mes yeux son objectif : se poser comme le témoignage collector d'une époque glorieuse, mais révolue, du jeu vidéo. Un petit plaisir de geek quadra.